Retour à la page principale A voir / à connaître
A voir / A connaître  
; Ouvrir la page en version imprimableVersion imprimable
|  La Troménie de Landeleau | Pénity Saint-Laurent | 

La Troménie de Landeleau
Informations extraites de la monographie Landeleau (1987) par Kan An Douar

La Troménie.
Le culte du saint a son point culminant chaque année dans une Troménie, une des rares qui subsistent en Bretagne (la plus célèbre étant celle de Locronan) et qui ont toutes pour origine la dévotion aux saints gallois ou irlandais.
Dans la paroisse, la procession s'appelle aussi « Tro ar relegou » (tour des reliques). L'origine de cette pratique remonte au début de la féodalité, vers le IXe siècle. Il s'agit de l'existence à cet endroit d'un « Minihy » ou territoire d'église, monastère ou ermitage, considéré comme sacré, bénéficiant du droit d'asile et de l'exemption de certaines charges. Les « Minihy » étaient donc des terres franches défendues par l'Eglise face à la convoitise des seigneurs locaux (ce qui explique les allusions au sire de Kastell Gall dans la légende locale exposée ci-après).
Les-processions ou « Tro Minihy » concrétisent ainsi l'espace protégé et ont toujours été faites en l'honneur du Saint à qui, pense-t-on, fut donné le territoire. Toutes les Troménies se placent entre le 1er mai et le 21 juillet. Ici, c'est le dimanche de la Pentecôte (alors que St-Theleau est fêté le 9 février). Ces processions comportent toujours l'ascension d'une hauteur et s'arrêtent à un certain nombre de stations.




Début du Cantique de Saint-Théleau

Veuillez patienter quelques secondes pour le chargement ...


 
On a pu noter la ressemblance étroite des Troménies avec plusieurs pèlerinages irlandais dont le plus célèbre est celui de Croagh Patrick sur la côte ouest de l'île(5). Or les historiens irlandais ont établi que ceux-ci prolongeaient les rites de l'ancienne fête celtique de Lughnasa, l'aine des quatre grandes fêtes calendaires qui, chez les celtes, marquaient au ; premier jour d'août, le début de la moisson. Les Troménies ; comme le pèlerinage à St-Patrick comportent aussi certains | rites en rapport avec la fécondité et on a pu se demander si j notre saint, toujours accompagné d'un cerf n'aurait pas pris la suite de Cernunnos, le dieu à la ramure de cerf qui symbolisait chez les Celtes le renouvellement annuel de la nature et de la fécondité, ou si St-Theleau sur le cerf ne serait pas le symbole de la victoire du christianisme sur le paganisme.
Enfin, ces processions vont toujours dans le sens du soleil, comme le faisaient certaines coutumes païennes autour des menhirs, rappelant les grands rituels indo-européens de « circum ambulation » autour d'espaces sacrés. Toutes ces pratiques venues du fond des âges ont pu être christianisées comme le furent souvent les mégalithes auxquels on adjoignit une croix.






Le 1er couplet peut aussi être écouté Cantique de Saint-Théleau, 1er couplet


Le « Tro ar relegou » comporte 16 à 18 kilomètres ; c'est toujours le même parcours qui est suivi, derrière le reli quaire rectangulaire en étain soutenu aux encognures par des cerfs aux pattes écourtées pour lui donner plus d'assise.
Chaque année à la Pentecôte.
Le Prédicateur y fait une exhortation assez courte et l'on repart par le Menez Bras vers Pénity St Laurent dont la chapelle dédiée aussi à Ste-Barbe a été restaurée en 1942.


Si, peu à peu, certains rites ont été abandonnés, l'essentiel de la cérémonie subsiste et est suivi avec ferveur. Ainsi l'on ne voit plus de gardes du corps empêchant avec leurs baguettes blanches les fidèles de toucher les reliques.
Ainsi a été délaissé l'usage des clairons qui précédaient la procession : il semble qu'à partir de 1938, le recteur ait refusé de payer à manger et à boire aux musiciens ! On uti lise maintenant un véhicule équipé d'un haut-parleur pour entraîner les fidèles à chanter le cantique de St-Theleau.
Celui-ci est une « Gwerz » ou complainte rimée racontant la vie du saint, refaite et remaniée plusieurs fois. La plus ancienne semble avoir été oubliée à la fin du XIXe siècle et Anatole Le Braz en 1893 regrette sa disparition : elle était, disait-il, beaucoup plus poétique que celle de 1880.
L'actuelle est encore plus récente puisque remaniée en 1944, mais beaucoup de fidèles aimeraient que l'on reprenne la précédente que les personnes âgées avaient apprise étant enfants.
La procession part de l'église vers huit heures ; en tête les croix, statues, bannières et étendards qui seront déposés bientôt dans un hangar à Loch Konan. Seules, les reliques et la croix portée par les mariés de l'année restent en tête du cortège. La première station est celle de Notre Dame de Bonne Nouvelle à Lannac'h, dont on fleurit seulement la statue puisque la chapelle a disparu en 1928. Puis c'est à travers chemins creux, champs et landes que l'on se rend au fameux chêne de Keravel qui servit de refuge à St-Theleau.







A 11 h la grand'messe est chantée. Suit un repas pique-nique jusqu'à environ 14 h où l'on reprend le parcours traditionnel en s'arrêtant à St-Roc'h bien que la chapelle ait malheureusement disparu en 1928.

On arrive ainsi au Menez Lannac'h puis à Loch Konan où attendent les bannières.

Tout le long du parcours, des fidèles saluent le passage de la Troménie et tiennent souvent à passer sous les reliques.

La procession arrive enfin à l'église où sont chantées les vêpres suivies de la bénédiction du St Sacrement et de la vénération des reliques.

Ainsi se termine chaque année, vers 16 h 30 le « Tro ar relegou » qui se rattache aux plus profondes traditions du terroir.

~~ o ~~




Vidéo de la troménie de 1980
 
~~ o ~~
 
Pénity Saint-Laurent
Chapelle du 14ème siècle et statues des 15 et 16ème siècles
REGARD SUR NOTRE COMMUNE: Pénity-Saint-Laurent

La chapelle de Pénity Saint Laurent est la seule restante des sept chapelles que possédait jadis la paroisse.
Le mobilier est constitué par un ensemble de neuf statues de bois polychrome et d'un crucifix allant du 15ème au17ème siècle.
Près de l'autel en partant de la gauche, se: trouve la statue de la vierge à l'enfant placée dans une niche centrée, assortie de deux ailes latérales en volute, et, ornée d'anges datant du 14ème siècle.

Du même coté se trouvent :

• La statue de Saint Roch (15ème siècle) provient de la chapelle St Roch se trouvant autrefois près de moulin neuf.
• St Laurent en, bois, revers évidé, du l6ème^siècle,
• St François d'assise en bois, du l6ème siècle,
• La vierge à l'enfant, assise, en bois, du 16ème siècle.

A droite de l'autel se trouvent :
• La statue de St Yves, dans une niche cintrée, du 15ème siècle,
• La vierge, à l'enfant du 16ème siècle,
• St Michel, du 16ème siècle.

L'ensemble de ces statues présente un grand intérêt; les élus, voulant conserver le patrimoine, ont pris la décision en 1998 de les restaurer.

Le montant des travaux effectués par l'artiste sculpteur, Hély Jézéquel, s'élève à 43.800 F financé de la façon suivante :

* FEOGA (Union Européenne) 15.960 F

* Département (Conseil Général) 14.700 F

* Commune 13.140 F

Article et photos extraits du Bulletin Municipal de Landeleau (Janvier 2000)
 
Statues restaurées
dernière mise à jour
2019-04-18
 Mairie de Landeleau 29530 Landeleau  commune-de-landeleau@wanadoo.fr visites
.